+ de critères

Nina Bouraoui hors de nos têtes

Nina Bouraoui hors de nos têtes

"Été 1977. Alger étouffe sous la fumée des brasiers qui l’enserre. Au cœur de la capitale surpeuplée, une femme se consume elle aussi." Avec son nouveau roman Satisfaction, paru aux éditions JC Lattès, Nina Bouraoui revient sur les thèmes qui l'habitent depuis son premier roman : l'Algérie, l'identité, le désir et l'amour interdit.

L'héroïne du roman, Michèle Akli, est arrivée en Algérie après l'indépendance du pays afin d'y suivre son mari Ibrahim. Tous deux étaient remplis du désir de reconstruire le pays mais, à l'orée des années 1980 et alors que des incendies ravagent la capitale, madame Akli réalise avec mélancolie que ses idéaux se heurtent à la montée des extrémismes. Elle reste alors tapie chez elle, à noter toutes ses pensées sur sept carnets successifs qui couvrent une année. Dans ces carnets, elle raconte sa vie quotidienne, son amour fou pour son fils Erwan, l'éloignement progressif de son mari et ses impressions sur l'Algérie, ce pays qu'elle aime mais qui ne l'a jamais acceptée. Ce monologue intérieur résonne cependant avec d'autres voix, comme celles de Bruce, petite fille qui souhaite devenir garçon, ou Catherine, à qui l'héroïne voue une admiration érotique entretenant ainsi une tension tout au long du roman.

Nina Bouraoui brosse un nouveau portrait magnifique d'une femme qui s'interroge sur la satisfaction de ses désirs, sur un destin qu'elle avait envisagé et qui semble pourtant lui échapper. L'auteure confirme son talent d'écriture et d'imagination qui lui avait permis, entre autres, de remporter le Prix du Livre Inter en 1991 pour La Voyeuse interdite, et le prix Renaudot en 2005 pour Mes mauvaises pensées.


Biographie liée

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants