+ de critères

Elsa FRANCÃ?S

Elsa FRANCÃ?S

« Le design, ce n’est pas juste du style. C’est un moyen d’améliorer nos modes de vie ». On l’aura compris : la directrice de la Cité du design, inaugurée jeudi à Saint-Etienne, compte faire de ce nouvel espace, unique dans sa conception, bien plus qu’une simple plate-forme d’innovation destinée au grand public. Née du pari un peu fou de l’ancien maire Michel Thiollière, la « Platine » (du nom d’une pièce ouvrière mécanique) des architectes berlinois Geipel et Andi a jailli sur l’emplacement d’une ancienne manufacture d’armes et en utilise quelques éléments symboliques. Imposant rectangle d’acier de 200 mètres de long conçu comme une rue couverte, éclairée et chauffée par quelque 14 000 triangles de verre, ce poumon métallique peut se voir comme un pont symbolique entre époque industrielle et modernité. Encouragée par le succès croissant de la Biennale internationale du design de Saint-Etienne, Elsa Francès conçoit donc ce lieu comme un véritable outil de développement économique pour la cité stéphanoise.   Après la cohabitation en 2006, l’écologie en 2008, la thématique principale de la Biennale du design sera en 2010… la téléportation. De quoi apporter de l’eau au moulin de Saint-Etienne, dont l’industrie a souffert dans la seconde moitié du XXe siècle et qui aspire à devenir une métropole tertiaire en ce début de XXIe. Tandis qu’à Paris, aux Arts Décoratifs, l’exposition Mobi-Boom revient sur l’explosion du design en France dans la période 1945-75, qui a vu l’émergence des Pierre Paulin, Olivier Mourgue et consorts…


Biographies liées

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants