+ de critères

Christine Nagel a le nez fin

Christine Nagel a le nez fin

Il n'y avait plus eu de nouveau parfum masculin chez Hermès depuis 2006. Le 24 février dernier Christine Nagel comblait ce manque et proposait H24, un véritable évènement olfactif. De mère italienne, de nationalité suisse, aujourd’hui installée en France, rien ne prédestinait Christine Nagel à devenir nez.

Elle a une vingtaine année lorsqu’elle oriente son parcours scientifique à l’université de Genève vers la chimie organique… Pour faire simple, la chimie organique s’intéresse à l’étude des molécules à base de carbone, à leur structure chimique, leurs propriétés, les caractéristiques, etc. De quoi connaître les ingrédients de fond en comble, une arme non négligeable pour qui destine à la complexité de la parfumerie.
Début de carrière chez le suisse Firmeninch où elle reste une dizaine d’années en chromatographie (la chromatographie est « une méthode d'analyse chimique consistant à séparer les constituants d'un mélange », mais promis, on arrête avec les définitions), puis un passage à Créations aromatiques pour une autre dizaine d’années. Viennent ensuite Quest international et Gévaudan. Ses créations sont autant d’invitations au voyage : Une rose de Lancôme, Une nuit étoilée au Bengale, Un certain été à Livadia, Les Larmes sacrées de Thèbes.
Elle franchit un nouveau cap, un pic, une péninsule et devient nez chez Hermès. C’est aux côtés de Jean-Claude Ellena qu’elle y débute, avant d’en prendre sa succession comme directrice de la création et du patrimoine olfactif en 2016. De beaux succès avec notamment Galop, Eau des merveilles, Twilly, Un jardin sur la lagune. Et le voyage continue H24 : « une sauge enveloppante, un narcisse électrique, un bois de rose vivifiant et une note scalène métallique et chaude composent cette partition du futur ».


Biographie liée

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants